Une zone de transport est une construction logique qui contrôle les hôtes qu'un commutateur logique peut atteindre. Elle peut s'étendre sur un ou plusieurs clusters d'hôtes. Les zones de transport dictent quels hôtes et, en conséquence, quelles machines virtuelles peuvent participer à l'utilisation d'un réseau donné.

Une zone de transport définit une collection d'hôtes qui peuvent communiquer les uns avec les autres sur une infrastructure de réseau physique. Cette communication intervient sur une ou plusieurs interfaces définies en tant que VTEP (Virtual Tunnel Endpoints).

Les nœuds de transport sont les hôtes exécutant les démons du plan de contrôle local et les moteurs d'acheminement appliquant le plan de données NSX-T Data Center. Les nœuds de transport se composent d'un commutateur virtuel distribué NSX-T Data Center (N-VDS), qui est responsable de la commutation de paquets en fonction de la configuration des services réseau disponibles.

Si deux nœuds de transport se trouvent dans la même zone de transport, les machines virtuelles hébergées sur ces nœuds de transport peuvent « voir » les commutateurs logiques NSX-T Data Center de cette zone de transport et y être attachées. Ce rattachement permet aux machines virtuelles de communiquer entre elles, en admettant que celles-ci soient accessibles via la couche 2/couche 3. Si les machines virtuelles sont attachées à des commutateurs qui sont dans des zones de transport différentes, elles ne peuvent pas communiquer entre elles. Les zones de transport ne remplacent pas les exigences en matière d'accessibilité de la couche 2/couche 3, mais elles limitent l'accessibilité. En d'autres termes, l'appartenance à une même zone de transport est une condition préalable à la connectivité. Une fois que cette condition préalable est remplie, l'accessibilité est possible, mais elle n'est pas automatique. Pour que l'accessibilité soit effective, la couche 2 et (pour d'autres sous-réseaux) la couche 3 doivent être opérationnelles.

Un hôte peut servir de nœud de transport s'il contient au moins un commutateur virtuel distribué géré par NSX (N-VDS, anciennement appelé commutateur hôte). Lorsque vous créez un nœud de transport hôte, puis ajoutez le nœud à une zone de transport, NSX-T Data Center installe un N-VDS sur l'hôte. Pour chaque zone de transport à laquelle appartient l'hôte, un N-VDS distinct est installé. Le N-VDS est utilisé pour relier des machines virtuelles à des commutateurs logiques NSX-T Data Center et pour créer des liaisons montantes et des liaisons descendantes de routeurs logiques NSX-T Data Center.