Bien que Virtual SAN partage de nombreuses caractéristiques avec les baies de stockage traditionnel, le comportement général et le fonctionnement de Virtual SAN est différent. Par exemple, Virtual SAN peut uniquement gérer des hôtes ESXi et travailler avec ceux-ci, et une instance unique de Virtual SAN ne peut prendre en charge qu'un seul cluster.

Virtual SAN et le stockage traditionnel diffèrent également sur les points suivants :

  • Virtual SAN ne requière pas de stockage en réseau externe pour stocker les fichiers des machines virtuelles à distance, contrairement à Fibre Channel (FC) ou au réseau SAN (Storage Area Network).

  • Avec le stockage traditionnel, l'administrateur de stockage préalloue de l'espace de stockage à différents systèmes de stockage. Virtual SAN transforme automatiquement les ressources de stockage local des hôtes ESXi en un pool de stockage unique. Ces pools peuvent être divisés et attribués à des machines virtuelles et à des applications en fonction de leurs exigences en termes de qualité de service.

  • Virtual SAN n'a aucun concept de volumes de stockage traditionnel basé sur les partages LUN ou NFS.

  • Les protocoles de stockage standard, notamment iSCSI ou FCP par exemple, ne s'appliquent pas à Virtual SAN.

  • Virtual SAN est fortement intégré à vSphere. Vous n'avez pas besoin de plug-ins dédiés ni d'une console de stockage pour Virtual SAN, contrairement au stockage traditionnel. Vous pouvez déployer, gérer et surveiller Virtual SAN à l'aide de vSphere Web Client.

  • Un administrateur de stockage dédié n'a pas besoin de gérer Virtual SAN. Un administrateur vSphere peut toutefois gérer un environnement Virtual SAN.

  • Avec l'utilisation de Virtual SAN, les stratégies de stockage de VM sont automatiquement attribuées lorsque vous déployez de nouvelles VM. Les stratégies de stockage peuvent être modifiées dynamiquement, le cas échéant.