Avec Virtual Volumes, une machine virtuelle individuelle, et non la banque de données, devient une unité de gestion de stockage, tandis que le matériel de stockage prend le contrôle complet du contenu, de la disposition et de la gestion du disque virtuel.

Historiquement, la gestion du stockage vSphere utilisait une approche centrée sur les banques de données. Avec cette approche, les administrateurs du stockage et les administrateurs vSphere déterminent ensemble d'avance les besoins de stockage sous-jacents des machines virtuelles. L'administrateur du stockage configure ensuite un espace de noms NVMe, des LUN et des partages NFS, puis les présente aux hôtes ESXi. L'administrateur vSphere crée des banques de données basées sur un espace de noms NVMe, des LUN ou des partages NFS, et utilise ces banques de données comme stockage de machine virtuelle. Généralement, la banque de données représente le plus faible niveau de granularité pour la gestion des données du point de vue du stockage. Cependant, une banque de données unique contient plusieurs machines virtuelles qui peuvent avoir la configuration requise différente. L'approche traditionnelle ne permet pas de respecter les conditions requises d'une machine virtuelle individuelle.

La fonctionnalité Virtual Volumes permet d'améliorer la granularité. Elle vous permet également de différencier des services de machine virtuelle par application grâce à une nouvelle approche de gestion du stockage. Plutôt que d'organiser le stockage autour des fonctionnalités d'un système de stockage, Virtual Volumes établit cette organisation en fonction des besoins de machines virtuelles individuelles, ce qui rend le stockage orienté machine virtuelle.

La fonctionnalité Virtual Volumes mappe les disques virtuels et leurs dérivés, clones, snapshots et répliques, directement à des objets, nommés volumes virtuels, sur un système de stockage. Ce mappage permet à vSphere de décharger les opérations de stockage intensives telles que les snapshots, le clonage et la réplication sur le système de stockage.

En créant un volume pour chaque disque virtuel, vous pouvez définir des stratégies au niveau optimal. Vous pouvez décider par avance des besoins de stockage d'une application et les communiquer au système de stockage. Le système de stockage crée un disque virtuel adapté en fonction de ces spécifications. Par exemple, si votre machine virtuelle nécessite une baie de stockage active-active, vous n'avez plus besoin de sélectionner une banque de données qui prend en charge le modèle active-active. À la place, vous créez un volume virtuel individuel qui est placé automatiquement dans la baie active-active.